Mon-Sun 09.00 - 18.30 +254 722 696 533

Foire aux questions

Votre chemin vers les parcs nationaux

Votre chemin vers les parcs nationaux depuis Diani Beach vous ramène à Mombasa en ferry. Nous partons assez tôt le matin pour avoir le plus de temps possible dans le premier parc. Dans certaines circonstances, il est possible de devoir attendre un peu plus longtemps sur ce ferry. Ce n’est pas calculable. Par conséquent, les durées de voyage que nous avons indiquées peuvent varier. Le réseau routier kenyan couvre environ 62 600 km, dont seulement 15 000 km environ sont asphaltés. Malgré son mauvais état, le réseau routier est praticable toute l’année. Cependant, pendant la principale saison des pluies, d’avril à mai, les routes non goudronnées ne sont parfois praticables qu’avec des véhicules à quatre roues motrices (4WD). Au Kenya, la vieille tradition anglaise est de rouler à gauche. Le dépassement se fait sur le côté droit, et lors du virage, la gauche avant la droite s’applique. La vitesse est limitée à 50 km/h en agglomération, à 30 à 40 km/h dans les parcs nationaux et les réserves de chasse, à 100 km/h sur les routes de campagne (avec remorque 65 km/h, camping-car 80 km/h). Le port de la ceinture de sécurité est obligatoire. La conduite avec les feux de croisement est également obligatoire pendant la journée.

Conduite à tenir pour les parcs nationaux et les réserves nationales

En principe, tous les animaux sauvages doivent être prioritaires sur les sentiers. Nous attendons donc, à une distance respectueuse et sûre, qu’ils aient traversé ou dégagé le chemin individuellement ou en groupe. La limite de vitesse de 40 km/h est respectée pour votre propre sécurité et celle des animaux sauvages. Cela augmente également vos chances de voir des animaux sauvages timides et prudents comme les léopards, les lynx du désert ou les servals. Veuillez ne pas encourager votre chauffeur à conduire trop près des animaux dangereux. Nous resterons sur les chemins et les pistes prescrits, sinon nous détruirons inutilement la végétation des zones protégées et chasserons les animaux sauvages de leurs lieux de repos. Il y a aussi le danger de s’enliser dans le sable ou la boue profonde. Évitez les bruits forts. Ils réduisent vos chances et celles des autres visiteurs de faire de bonnes observations dans les zones protégées. N’essayez pas de faire sursauter les animaux en criant fort ou en tapant des mains dans leur silence, afin qu’ils lèvent la tête ou changent de place pour prendre de bonnes photos. Abstenez-vous de photographier les Masaï si vous n’avez pas reçu l’autorisation de le faire.
Il est interdit de ramasser des pierres, des fossiles, des cornes, des coquillages, des coraux, des plantes, des fleurs, des nids et tout autre objet naturel, préhistorique ou archéologique. Ne jetez pas de déchets et de cigarettes allumées dans la nature protégée. Même le tesson d’une bouteille ou d’un verre brisé peut provoquer un feu de brousse par son effet de brûlure.
Pour votre propre sécurité, il est recommandé de ne laisser votre véhicule que dans les « campings » ou « aires de pique-nique » désignés, car les animaux sauvages sont généralement indifférents aux véhicules, mais peuvent réagir de manière agressive aux êtres humains à pied.

Itinéraires et vitesse prescrits dans les parcs nationaux

Contrairement aux safaris dans le Massai Mara ou dans la réserve naturelle du Serengeti, où la faune est la plus abondante, les voyages dans les parcs nationaux se déroulent sur des itinéraires fixes, qu’il ne faut pas quitter. Cela sert à protéger les animaux. La vitesse maximale autorisée y est de 40km/h. Nous sommes en contact radio permanent et aussi par SMS avec d’autres personnes afin de nous rendre le plus rapidement possible dans les endroits qui pourraient vous intéresser.

Les différents territoires

Une distinction est faite entre les différents territoires :
Les parcs nationaux ont les lois les plus strictes en matière de protection des animaux. L’agriculture ou l’élevage ne sont pas autorisés sur le territoire. Les visiteurs ne sont autorisés à conduire que sur des sentiers balisés. Les promenades de nuit ou les safaris à pied ne sont pas autorisés ou sont soumis à une réglementation stricte de la part des autorités. Les logements ou les campings dans les parcs nationaux sont clôturés et bouclés.
Les réserves nationales (ou réserves naturelles) sont des zones protégées, dont certaines peuvent également être utilisées par la population locale. Certaines zones sont des propriétés privées et ne sont donc plus soumises à la surveillance de l’État. Des promenades de nuit et des randonnées avec un guide sont possibles.
Les conservatoires sont souvent des réserves gérées par le secteur privé, appartenant souvent à une ferme ou à un gîte. Nombre d’entre eux sont situés à la frontière de parcs nationaux qui, souvent, ne sont pas clôturés. Les animaux peuvent se déplacer librement entre les différentes zones.
Les parcs nationaux et les zones protégées sont l’une des principales raisons pour lesquelles les visiteurs viennent au Kenya, au même titre que le tourisme balnéaire. Avec les droits d’entrée, ils assurent la préservation des zones protégées et offrent à la population locale des possibilités d’emploi. En outre, ils constituent une protection efficace contre le braconnage.

Heures d'ouverture des parcs nationaux

Il y a des heures de fermeture fixes que nous devons respecter. Les trajets de nuit souhaités ne sont possibles que dans les territoires qui ne sont pas soumis à la surveillance de l’État.
Parcs nationaux et réserves, tous les jours de 6 à 19 heures, admission jusqu’à 18 heures au plus tard.
Parcs nationaux
Les parcs nationaux sont des zones entièrement protégées. Ils sont principalement réservés au gibier. Les visites de touristes sont autorisées.
Réserves nationales
Les réserves nationales ne peuvent pas être chassées. Les activités humaines, telles que le pâturage du bétail, la coupe et la collecte du bois, l’agriculture, la construction de maisons et l’exploitation des ressources minérales, sont tolérées.

Douanes

Les articles destinés à un usage personnel peuvent être transportés en franchise de droits. Cela comprend (sous réserve de réexportation) : un appareil photo, un ordinateur portable, des jumelles, une tente et d’autres équipements de camping et de sport. Les objets de valeur doivent être déclarés par écrit.

Assurances

Assurance responsabilité civile :
Il n’y a pas d’assurance responsabilité civile obligatoire au Kenya. Néanmoins, il est fortement recommandé de souscrire une assurance responsabilité civile et une assurance tous risques pour la durée de votre séjour.
Assurance annulation :
La conclusion d’une assurance annulation de voyage est recommandée en cas de maladie.
Assurance bagages :
L’assurance bagages vous rembourse les frais que vous avez encourus en raison de la perte ou du vol de vos bagages ou de parties de vos bagages. Vous devez toutefois vérifier en détail si, par exemple, les objets de valeur ou le matériel cinématographique ou photographique coûteux sont également assurés.
Assurance maladie de voyage :
Il est fortement conseillé de vérifier auprès de votre assurance maladie légale si votre assurance couvre également votre séjour à l’étranger. Si ce n’est pas le cas, vous devrez souscrire une assurance maladie privée supplémentaire pour vos voyages à l’étranger, par exemple une assurance maladie pour l’étranger. Dans tous les cas, il faut conserver les reçus officiels des factures de médecins et de médicaments.
Certificat d’assurance des prix des voyages :
C’est une garantie que vous serez renvoyé de votre pays de destination dans votre pays d’origine si votre compagnie de voyage a fait faillite entre-temps.
Assurance de retour en vol :
Pour les cas graves de maladie ou d’accident au Kenya, une assurance de rapatriement aérien doit être souscrite.

Accident / appel d'urgence

En cas d’urgence, la police peut être jointe en composant le 999.

Pourboire

Dans de nombreux restaurants et hôtels, les frais de service de 10 % sont déjà inclus dans la facture. Habituellement, un petit pourboire est encore donné. Bien sûr, pendant un safari, il ne faut pas oublier de donner un pourboire au chauffeur. En général, environ 5 à 8 dollars par jour et par personne, avec un bon service parfois un peu plus. Un pourboire est également attendu pour tous les services. Le personnel du camp attend également un pourboire (ici environ 5 dollars par jour et par invité pour tout le personnel du camp sauf les guides – ici il y a généralement une « boîte à pourboire »).

Rencontres avec les animaux

Lorsqu’on rencontre des animaux sauvages, la priorité absolue doit être de ne pas les déranger. Il est absolument interdit de forcer un animal à prendre une pose photogénique en lui lançant une pierre, en l’applaudissant ou en lui criant dessus. Il n’est acceptable d’approcher un animal que s’il ne montre aucune inquiétude. Dès qu’un animal montre des réactions autres que le simple fait de regarder la voiture, il doit être arrêté immédiatement. Il faut être particulièrement prudent avec les grands animaux défensifs et imprévisibles comme les buffles, les hippopotames, les éléphants et les rhinocéros, et avec les animaux très timides comme les léopards et les guépards. Il est préférable d’observer à distance comment la situation entre la proie potentielle et le prédateur évolue sans influencer les événements naturels, sinon un accident peut rapidement se produire.

Électricité

En général, vous trouverez des connexions avec du courant alternatif de 220-240 Volt (50-60 Hz). Cette tension est appropriée pour les appareils électriques d’Europe centrale tels que les sèche-cheveux, les rasoirs et pour charger les batteries des caméras vidéo et des lampes de poche, etc. Dans certains hôtels et lodges, il y a cependant aussi des connexions pour les rasoirs à 110 volts. Pour utiliser les prises, vous aurez besoin d’un adaptateur de prise à 2 ou 3 trous, que vous pouvez acheter dans les supermarchés de Nairobi ou de Mombasa. Il est également possible d’emporter un adaptateur mondial dans vos bagages depuis chez vous. Veuillez garder à l’esprit que dans de nombreux camps et lodges, les générateurs ne fournissent généralement de l’électricité que sur une base horaire.

Langues

Les langues officielles et commerciales sont l’anglais et le kiswahili, ce dernier étant la « lingua franca » en Afrique de l’Est, une langue phonétique composée d’éléments de divers dialectes bantous et fortement influencée par l’arabe. En outre, 50 autres langues et dialectes différents sont parlés au Kenya. Il est très avantageux pour vous, surtout en tant que voyageur individuel, de connaître quelques mots et expressions en swahili. Vous pouvez gagner une grande sympathie de la part des habitants lorsqu’il est reconnu que vous vous essayez à une langue africaine. De plus, vous rencontrerez toujours des personnes qui ne comprennent pas l’anglais. Le kiswahili est très répandu dans toute la région de l’Afrique de l’Est. Il est parlé par environ 50 millions de personnes.

Souvenirs

Avec l’abondance des souvenirs proposés, il est difficile de faire la distinction entre les véritables œuvres d’art et la production de masse (même les articles fabriqués à l’étranger).
Sculptures sur bois :
Les plus précieuses sont les sculptures en ébène. On les reconnaît à leur couleur noire, mais encore plus clairement à leur poids élevé. La plupart des sculptures sont faites dans d’autres bois plus légers (par exemple le bois de rose), qui sont souvent peints en noir seulement. Ils sont censés simuler l’ébène. Les motifs sont principalement des masques, des personnes, des animaux, des ronds de serviette, des bracelets, etc.
Sculptures sur pierre de savon :
Ils sont originaires de la tribu Gusi, dans l’ouest du Kenya. Il est préférable d’acheter les échiquiers et les figurines, les chandeliers, les bols et les boîtes à bijoux fabriqués dans les ateliers des artisans eux-mêmes, où les pierres à savon prennent leur forme.
Batik :
Cette technologie, originaire d’Indonésie, a également conquis le marché kenyan. Des motifs africains, travaillés sur du coton ou de la soie, vous feront briller de mille feux sous le soleil équatorial.
Autres souvenirs :
Vous trouverez également une surabondance de lances, de flèches et d’arcs, d’épées, de boucliers, de tambours, de calebasses de citrouilles, de cruches en argile, de vannerie, de tissus de coton colorés, de colliers, de bracelets, de pierres précieuses et semi-précieuses, de figurines en bronze et bien d’autres choses encore.

Sécurité et criminalité

En général, le Kenya connaît un niveau élevé de criminalité de rue, de cambriolages et, dans le pire des cas, de vols et de meurtres. Dans les villes et dans les lieux visités par les touristes, les vols sont nombreux. Dans la province du nord-est ainsi que dans la zone située entre Malindi et Lamu, il existe des problèmes de sécurité considérables, notamment le danger que représentent les bandits armés. Les touristes ne doivent se déplacer dans les villes qu’en groupe et ne doivent pas emporter d’objets de valeur de manière visible. La nuit, vous ne devez pas quitter votre logement. Après la tombée de la nuit, il est conseillé d’utiliser les taxis (pas de transports publics) pour se déplacer. La nuit, vous devez éviter les centres-villes de Nairobi et de Mombasa et toutes les routes principales, et être prudent lorsque vous utilisez des cartes bancaires (paiement par carte de crédit, retraits aux distributeurs automatiques). Les observations ne sont pas exclues, ce qui peut conduire à des enlèvements dits « express », dans lesquels des étrangers, notamment occidentaux, sont détenus pendant plusieurs heures afin de retirer de grosses sommes d’argent avec leur carte bancaire. La police sanctionne les infractions de manière très stricte. En cas de vol et de violence, même la peine de mort est prononcée.
Mesures de précaution en dehors de l’enceinte de l’hôtel ou des zones protégées telles que les zones résidentielles fermées, les villas, etc.
Évitez les ruelles sombres des grandes villes. Mettez-vous à l’abri, surtout la nuit. Transportez de l’argent sur votre corps, caché dans des poches de poitrine et des ceintures porte-billets. Utilisez les coffres-forts des hôtels pour vos objets de valeur. Ne montrez pas de grosses sommes d’argent en public. N’emportez pas de bijoux ni de montres de luxe lorsque vous voyagez. Faites attention dans la foule. C’est là que les pickpockets ont le plus de chance. Les sacs à main sont des objets de proie recherchés. Gardez votre voiture vous-même ou garez-la uniquement dans des parkings surveillés. Les vols de voitures sont très fréquents. Ne vous laissez pas entraîner dans une embuscade. Les voyageurs individuels qui visitent les parcs nationaux sans surveillance de groupe doivent passer la nuit dans les lodges existants ou dans des campings surveillés. Avec les circuits organisés (par exemple les safaris), il n’y a pas de danger au-delà du niveau habituel.

Durée des voyages et climat

Le climat du Kenya est très bien toléré. Bien que le Kenya se trouve sous les tropiques, le climat des hautes terres, en particulier, est l’un des plus agréables au monde. La caractéristique des tropiques est l’équinoxe presque absolu, qui ne fluctue que d’une demi-heure dans l’année. Le crépuscule n’est que très court. Mais on ne peut pas parler d’un climat uniforme au Kenya. En ce qui concerne la météo, le relief et l’altitude différente (de 0 à 5.199 m) ainsi que les différentes directions des alizés jouent un grand rôle.
On peut diviser le pays en quatre zones climatiques :
Région côtière
– Janvier à mars – chaud et humide
– Avril, mai – saison des pluies
– Juin à octobre – chaud et humide
– Novembre, décembre – saison des pluies
Hautes terres
Ici, les conditions climatiques sont des plus agréables.
– Janvier à mars – sec et chaud
– Avril, mai – saison des pluies
– Juin à août – frais et sec
– Septembre, octobre – chaud et sec
– Novembre, décembre – saison des pluies
Semi-désert et désert
– D’octobre à avril – chaud sec à chaud brûlant (parfois plus de 40 °C)
– Mai – pluie légère
– Juin à septembre – sec, chaud à chaud
Le lac Victoria
chaud à chaud et humide toute l’année, pluie en toutes saisons. L’énorme surface d’eau du lac Victoria crée un microclimat en raison de la grande quantité d’évaporation sous le chaud soleil équatorial et de la pluie qui tombe à nouveau.
Au Kenya, on enregistre généralement deux périodes de pluie :
– la soi-disant longue saison des pluies, d’avril à mai.
– la saison des pluies dite courte – de la mi-octobre à novembre/décembre
C’est également la base du flux de touristes :
La haute saison va du 15.12. au 31.3. et du 1.7. au 31.10. La basse saison va du 1.4. au 30.6. et du 1.11. au 14.12. Mais un congé pendant la saison des pluies peut également être très attractif. La terre devient verte, les couleurs sont plus intenses et la formation des nuages est fantastique. Cependant, certaines routes de terre ne sont alors praticables qu’en 4×4 ou pas du tout.

Utilisation de drones au Kenya

Au Kenya, les drones sont en principe interdits dans un premier temps. Déjà l’importation sans l’autorisation appropriée peut entraîner des problèmes à l’aéroport. Quiconque ne peut pas présenter les permis appropriés en entrant au Kenya, risque que les drones soient confisqués et ne soient remis qu’au moment de quitter le pays. Selon les fonctionnaires, il est également possible qu’une amende soit imposée. À ce stade, nous déconseillons vivement la moindre tentative d’utiliser une amende pour persuader un fonctionnaire de ne pas en tenir compte et de confisquer le drone. En outre, il est interdit de transporter des drones dans les bagages à main des aéroports kenyans. Le drone doit donc être enregistré avec les bagages. En raison de nouvelles modifications de la loi, les piles doivent cependant toujours être conservées dans les bagages à main.
Quels sont les permis requis.
Tout d’abord, vous devez obtenir un permis de l’autorité de l’aviation civile du Kenya et du ministère de la défense. Selon certaines sources, ces permis ne sont délivrés que dans des cas individuels pour des productions médiatiques ou cinématographiques. Il ne sera donc guère possible de filmer en privé. Si vous avez l’intention d’utiliser les enregistrements à des fins commerciales, cela doit être clairement indiqué dans la demande et vous devez également avoir l’autorisation de le faire. Dans le cas contraire, la commercialisation n’est pas autorisée (cela s’applique déjà si vous gagnez de l’argent avec les vidéos et les publicités Youtube).

Poste, téléphone, internet

Il n’y a pas de service de livraison à domicile à la poste kenyane. Vous devez toujours utiliser la boîte postale. Les bureaux de poste sont signalés par les lettres PTT (Poste, Téléphone, Télégraphe). Les boîtes aux lettres et les cabines téléphoniques sont peintes en rouge. On trouve comme d’habitude des en-têtes de lettres, des cartes postales, des timbres, des enveloppes et des cartes postales dans les papeteries, les kiosques et les hôtels. Une lettre ou une carte portant la mention « à ne pas oublier » « Air Mail » prend généralement 7 à 10 jours. Depuis des endroits éloignés, depuis des lodges dans des parcs nationaux, cela peut prendre beaucoup plus de temps. Les timbres sont disponibles dans les bureaux de poste, les échoppes de rue, les hôtels et les auberges. Vous devez toujours vous assurer que vous avez un approvisionnement suffisant.
Téléphone :
Le réseau téléphonique national et international est très bon par rapport aux normes africaines. Vous pouvez appeler depuis les cabines téléphoniques publiques (également avec des pièces de monnaie), les bureaux de poste ou depuis l’hôtel avec des cartes téléphoniques que vous pouvez acheter dans les bureaux de poste ou dans les kiosques. Pour les appels téléphoniques depuis la chambre d’hôtel, une surtaxe de 50 à 100 % peut être appliquée. Dans les zones rurales, cependant, il n’est possible d’accéder au réseau que par le biais de ce que l’on appelle le « Radio Call ». L’indicatif régional du Kenya est 00254, celui de l’Allemagne est 00049, celui de l’Autriche 00043 et celui de la Suisse 00041. Vous devez ensuite composer, par exemple, l’indicatif régional de la ville allemande sans le « 0 » et enfin le numéro d’abonné. Cependant, la plupart des appels vers l’Europe doivent être commutés. Les appels internationaux depuis les bâtiments dits « centraux téléphoniques », généralement situés à côté du bureau de poste, sont beaucoup moins chers que s’ils étaient effectués depuis un hôtel. Il est possible de téléphoner avec un téléphone portable au Kenya, surtout dans les régions centrales, mais aussi dans les campagnes, où il n’y a souvent pas de ligne fixe. Vous pouvez également obtenir facilement une carte prépayée pour votre téléphone portable. Le nombre de cybercafés au Kenya est en constante augmentation, par exemple à Nairobi, Mombasa, Malindi, Nakuru, Lamu et sur la plage de Diani.
Heures d’ouverture
Les banques sont généralement ouvertes du lundi au vendredi de 9 à 15 heures, les banques de l’aéroport sont ouvertes tous les jours jusqu’à 24 heures.
Les bureaux de poste ont les heures d’ouverture suivantes : Lun-ven 8.30-17, sam 8-13 heures.
Les magasins sont généralement ouverts du lundi au samedi entre 8 h et 17 h 30, avec une pause déjeuner variable. Les magasins d’alimentation sont souvent ouverts plus longtemps le soir. Les « Dukas » indiens, petits magasins, sont parfois ouverts jusque tard dans la soirée.
Parcs nationaux et réserves, tous les jours de 6 h à 19 h, entrée jusqu’à 18 h au plus tard.

Vêtements

Dans la ville :
Un extérieur trop décontracté n’est pas approprié dans les hôtels chics. Pendant la journée, des costumes légers ou une belle robe, mais aussi un « look safari » soigné avec des pantalons longs sont recommandés. Le soir, vous devez vous habiller de façon classique ou sportive, selon l’occasion. En ce qui concerne la météo, Nairobi et Nakuru ont un climat de montagne modéré, tandis qu’à Mombasa et Kisumu, vous trouverez un climat tropical chaud et humide.
En safari :
Costumes de safari, mais aussi autres vêtements durables, chemises à poches de poitrine, sous-vêtements en coton. Pour les safaris matinaux dans le véhicule de safari, il est recommandé de porter une veste fine avec un capuchon. En haute montagne, les pulls en laine, l’anorak, le long imperméable et les bottes de montagne sont les vêtements appropriés. Les températures peuvent descendre jusqu’à -10°C la nuit, selon l’altitude.
Sur la côte :
Vous devez faire preuve de considération envers la population majoritairement islamique de la côte en ce qui concerne vos vêtements. En tant qu’homme, vous ne devez pas vous promener dans les villages avec des pantalons courts et le haut du corps nu et en tant que femme, vous ne devez pas porter une jupe trop courte, un chemisier trop serré et une blouse trop large. Les vêtements légers et aérés en coton sont confortables à porter, contrairement aux vêtements synthétiques. Dans l’ensemble, vous devez emporter des vêtements d’extérieur facilement lavables et non repassables (en viscose). Dans les hôtels et les lodges, vous pouvez faire laver et repasser vos vêtements et votre linge de maison contre rémunération. N’emportez donc pas trop de vêtements avec vous.

Santé

En comparaison avec d’autres pays africains, les soins médicaux au Kenya peuvent être qualifiés de bons. Il y a environ 8 000 médecins, dont environ 90 % exercent dans les grandes villes. Les heures d’ouverture des cabinets médicaux sont de 8 à 18 heures en semaine. Un médecin peut être joint dans chaque grand hôtel. Si vous êtes gravement malade, vous devez vous rendre à l’hôpital.
Nairobi :
A Nairobi, il y a deux hôpitaux de niveau international :
– Aga Khan Hospital, 3rd, Parkland Avenue, Limuru Road, Nairobi, Tel. 020-366 2000, akuh.nairobi@aku.edu
– Hôpital de Nairobi, Argwings Kodhek Road (district de Nairobi Hill, à ne pas confondre avec l’hôpital Kenyatta, également situé à cet endroit), tél. 0703 082 000, hosp@nbihosp.org, www.Thenairobihosp.org
Mombasa :
Hôpital Aga Khan de Mombasa, Vanga Road (angle de l’avenue Nyerere), Kizingo, Mombasa, Tél. 041-222 7710-5.
Les plus grandes villes disposent de pharmacies, que l’on trouve sous le nom de « chemistry » et qui sont d’un niveau élevé.

Diani Beach:
Clinique privée: https://dianibeachhospital.com/

Paludisme

Un million d’enfants meurent chaque année dans la seule Afrique tropicale. Au Kenya, environ 60% des patients hospitalisés sont infectés par le paludisme. Le « Malaria tropica » est fatal dans 10 à 20 % des cas s’il n’est pas traité. Le risque de paludisme est présent dans tout le pays tout au long de l’année. Une augmentation de la transmission du paludisme est également observée dans les hautes terres, en particulier dans la région frontalière avec l’Ouganda. Il y a un faible risque d’infection dans la zone urbaine de Nairobi. Les zones situées à plus de 2 500 mètres d’altitude sont considérées comme exemptes de paludisme. Il existe un risque accru de transmission pendant et directement après la saison des pluies. Dans les régions de vacances autour de l’océan Indien (par exemple Mombasa, Malindi), du lac Victoria et des rivières de plaine (par exemple la rivière Tana), il faut s’attendre à une transmission du paludisme tout au long de l’année.
Mesures de protection :
La protection contre les piqûres de moustiques est la mesure préventive la plus importante contre le paludisme ! Il est conseillé de dormir sous une moustiquaire la nuit et pendant la journée dans les zones menacées, de couvrir les parties nues du corps avec des vêtements de préférence kaki clair et de porter une protection pour la tête contre les moustiques. Un spray anti-moustiques, une pommade anti-moustiques ou des spirales d’encens allumées peuvent éloigner les moustiques de la malaria. La perethrine est un venin d’insecte à base de pyrèthre qui est utilisé pour imprégner la moustiquaire. En outre, une prophylaxie médicamenteuse du paludisme doit être prise. Il est préférable de consulter votre bureau de santé local ou un institut tropical pour connaître le remède actuellement le plus efficace pour la région cible, le dosage ou une combinaison de différents médicaments.
La maladie du sommeil :
Elle est transmise par la piqûre de la mouche tsé-tsé, qui se produit dans les zones où la concentration de gibier est particulièrement élevée. Le risque d’infection est relativement faible pour les voyageurs.
Serpents et scorpions :
Le risque d’être mordu par un serpent ou piqué par un scorpion est extrêmement faible. Vous devez vous déplacer lentement et prudemment sur un terrain confus, cependant, alors même les serpents venimeux seront à l’abri de vous. Les serpents n’attaquent par peur et en légitime défense que si leur distance d’évasion est inférieure à leur distance de fuite. Mesures préventives : Il est conseillé de porter des chaussures à col haut dans la brousse. Si vous passez la nuit dans une tente, vous devez vérifier vos chaussures le matin avant de les mettre par précaution
Coups de soleil et coups de chaleur :
Au début du voyage, vous ne devez pas vous exposer trop longtemps à la lumière directe du soleil. Méfiez-vous du soleil tropical, surtout sur la plage et en haute montagne. Essayez de rester à l’ombre pendant la chaleur de midi. Buvez beaucoup, couvrez votre tête et protégez votre peau nue avec un écran solaire et des vêtements à indice élevé.
L’eau potable :
Dans tous les endroits, y compris à Nairobi, Mombasa et dans les lodges, pour des raisons de santé, vous ne devez pas profiter de l’eau non bouillie ou sans prendre de comprimés de Micropur ou sans vous brosser les dents avec.
Le choléra :
Depuis le début de 2017, les cas de choléra sont de plus en plus nombreux au Kenya. La première épidémie de choléra signalée en 2017 s’est produite dans le district de la rivière Tana. L’épidémie de choléra touche à la fois la population générale et les camps de réfugiés.
SIDA :
En principe, les contacts sexuels non protégés comportent le risque d’infections graves, y compris l’infection par le VIH.

Argent

La monnaie nationale est le Shilling du Kenya (KSh). Au Kenya, le système décimal est également utilisé pour la subdivision de la monnaie. 1 KSh a 100 cents. Il existe des billets de 5, 10, 20, 50, 100, 200 et 500 KSh, des pièces de 5, 10 (cuivre) et 50 cents, 1 et 5 KSh (argent). Les 20 KSh sont également connus sous le nom de « livres kenyanes ». Les taux de change sont sujets à de fortes fluctuations en raison du taux d’inflation élevé. Il est donc conseillé de vérifier le taux actuel auprès de votre institution financière avant de voyager. Les billets et les pièces en monnaie locale peuvent être transportés à l’entrée et à la sortie jusqu’à l’équivalent de 6 000 USD maximum. À la sortie du pays, le reste de la monnaie nationale peut être échangé à nouveau. Les devises étrangères ne peuvent être échangées que dans les banques, les hôtels, les lodges, les agences de voyage et certains magasins de souvenirs. Les devises étrangères peuvent être importées en quantités illimitées. Vous devez conserver les formulaires de reçus pour le change de devises afin de pouvoir les présenter lors de tout contrôle. Soyez avertis du risque de change illégal. Elle est interdite sous peine de sanction. Alors ne touchez pas à l’échange de noir, même si l’offre semble tentante ! Les chèques de voyage ne sont pratiquement plus acceptés et ne peuvent être échangés dans les banques qu’au prix de beaucoup de temps.
Les cartes de crédit :
Les cartes Visa et Mastercard sont largement acceptées dans tout le pays (dans les grandes villes), American Express et Diners Club assez rarement. Si vous faites de longs voyages à l’intérieur du pays, assurez-vous d’avoir suffisamment d’argent liquide.

Paiement des safaris et/ou des circuits réservés avec nous.
Le paiement peut être effectué de manière pratique par carte de crédit à notre bureau, ou de manière encore plus pratique par virement bancaire sur l’un de nos comptes. cf. https://marcopolosafaris.com/fr/legal-notice/

Vols

Vous atterrirez à l’aéroport international Jomo Kenyatta de Nairobi, à 15 km de la capitale. Les bus ou les taxis de l’aéroport vous conduiront à la métropole du Kenya ou à l’aéroport national Wilson, d’où partent la plupart des vols intérieurs. Faites reconfirmer votre vol pour être informé à temps de toute modification des heures de départ. Presque toutes les compagnies aériennes connues desservent Nairobi et Mombasa.
Vols intérieurs
De Diani Beach (Ukunda Airport), vous pouvez vous rendre à l’aéroport Wilson de Nairobi. Les vols partent tous les jours et presque toutes les heures jusqu’à 16 heures environ. De l’aéroport national Wilson de Nairobi à l’aéroport international Kenyatta de Nairobi, il y a environ 18 km.

Jours fériés

– 1er janvier – Nouvel An – Fête nationale
– Mars / avril – Vendredi saint – Fête nationale
– Mars / avril – Lundi de Pâques – Fête nationale
– 1er mai – Fête du travail – Fête nationale
– 1er juin – Journée de Madaraka – Jour de l’autodétermination – Fête nationale
– Aïd al-Fitr (fête de la rupture du jeûne) – Fête nationale
– Aïd al-Adha (fête islamique du sacrifice) – Fête nationale
– 10 octobre – Journée Moi – Fête nationale
– 20 octobre – Journée du Mashujaa – Fête nationale
– 12 décembre – Jour de l’indépendance – Fête nationale
– 24 décembre – Fête de la veille de Noël ou jour de commémoration, Christian
– 25 décembre – Noël – Fête nationale
– 26 décembre – Jour de Noël – Fête nationale

Les vins et les repas

Les peuples et les cultures d’Afrique, d’Asie orientale et d’Europe ont apporté au Kenya des plats, des habitudes alimentaires et des boissons différents. La cuisine africaine est souvent très simple. Les ingrédients de base des plats sont généralement le maïs, les haricots, le millet, les plantains et les tubercules racines (pommes de terre, confitures, manioc). Ils sont raffinés par les légumes, les fruits, la chèvre et le bœuf et – lorsqu’ils sont disponibles – par le poisson. Les plats de Kabab éthiopiens sont également célèbres. Mais aussi dans de nombreux lodges, les plats africains sont préparés de manière très savoureuse. Le posho est le plat national à base de maïs sucré. L’ugali est une bouillie de maïs, le produit de remplissage de l’estomac du « petit homme ». Le matoke est composé de bananes cuites. Kuku ya packa est un poulet cuit dans du lait de coco.
La cuisine orientale-asiatique
Les Asiatiques ont élargi le menu en introduisant du riz, des fruits secs et divers types d’épices. Les plats des restaurants indiens sont très savoureux, mais souvent trop épicés pour nos palais. Quelques noms de plats :
– Rongongosh est un mouton avec une sauce piquante.
– Makharwallah, c’est du poulet au riz.
– Les masalas sont des poissons farcis, grillés sur du charbon de bois.
– Chipatee et Popadom sont des spécialités de pain.
– La glace Kulfi a un goût de safran.
La cuisine européenne
Les Portugais ont importé au Kenya des aliments provenant du Brésil, récemment découvert, comme le maïs, les patates douces, le manioc, les bananes, les ananas, les piments et les poivrons. Les Britanniques ont enrichi la cuisine du Kenya avec de nouveaux fromages et produits laitiers issus de leurs races de moutons, de chèvres et de bovins importés. Ils cultivaient également le café dans les régions montagneuses de la région centrale. La bonne qualité et l’abondance du choix de nourriture et de boissons dans les lodges et les grands hôtels sont impressionnantes. Les gens essaient de se surpasser par leur ingéniosité dans la préparation et la décoration. Certains visiteurs réprimeront leurs intentions concernant la restriction calorique au vu des délicieux étalages du buffet. La variété de fruits exotiques (fruits de la passion, mangues, papayes, ananas, agrumes, bananes), de desserts, de puddings, de gâteaux et de tartes est également délicieuse. Le Kenya brasse sa propre bière de bon goût depuis 50 ans. Les marques de bières en bouteille sont : « White Cap », « Tusker Lager » et « Tusker Premium ». Nous recommandons également des vins purs, principalement secs, d’Afrique du Sud à des prix modérés, tandis que les vins européens, soumis à des droits d’importation élevés, sont très chers. En ce qui concerne les boissons non alcoolisées, outre le café et le thé, les jus de fruits à base de fruits de la passion fraîchement pressés, de mangues, d’ananas et d’oranges sont particulièrement recommandés.

Entrée au Kenya

Pour le Kenya, vous avez besoin d’un visa. Les frais sont de 51 dollars US pour un visa à entrée unique et de 101 dollars US pour un visa à entrées multiples.

Les visas peuvent être délivrés en ligne via http://evisa.go.ke/evisa.html. Comme l’approbation et la délivrance du visa électronique peuvent prendre quelques jours, les voyageurs doivent donc demander leur visa bien à l’avance. Vous ne serez pas automatiquement informé de la délivrance de votre eVisa. Vous devez donc vous connecter régulièrement pour le vérifier, puis imprimer le eVisa.
Veuillez noter que les visas ne sont valables que pendant 90 jours jusqu’à l’entrée. Par conséquent, n’introduisez pas de demande trop tôt ou trop tard.
Vous obtiendrez le visa pour une entrée facile :
– En ligne (eVisa) uniquement sur le site web : http://www.evisa.go.ke ou https://www.ecitizen.go.ke

Il n’est plus possible d’acheter un visa à l’arrivée à l’aéroport. L’ambassade du Kenya ne délivre plus de visas non plus.

À compter du 1er février 2016, les enfants de moins de 16 ans qui entrent au Kenya accompagnés d’un adulte seront exemptés des frais de visa.
Pour entrer dans le pays, vous aurez besoin d’un passeport valable au moins six mois après la fin du voyage, en plus de l’impression du visa électronique. Chaque enfant a besoin de son propre document d’identité. D’autres exigences en matière de passeport et de visa peuvent s’appliquer aux membres d’autres nationalités. Veuillez vous renseigner à ce sujet auprès de l’ambassade concernée. Pour les voyageurs qui se rendent également au Kenya, en Ouganda et/ou au Rwanda, il est également possible de demander le visa commun pour l’Afrique de l’Est de ces trois pays. Il donne droit à des entrées multiples au Kenya, en Ouganda et au Rwanda dans un délai de 90 jours. Le coût de ce programme est de 90 dollars US et aucun visiteur au Kenya ne peut prendre un emploi rémunéré ou s’installer au Kenya sans un permis de travail. Il faut pour cela obtenir l’autorisation du bureau principal de l’immigration. Pour l’Afrique de l’Est, il est recommandé de souscrire une assurance « Flying Doctor », qui comprend un vol de sauvetage vers un hôpital en cas d’urgence médicale. Veuillez vérifier si cette assurance est incluse dans votre assurance maladie internationale. Le service de médecins volants coûte, selon la durée et la région, entre 25 et 50 US$ environ. Veuillez contacter les ambassades respectives de manière urgente avant de réserver ou de commencer votre voyage.

Shopping

L’éventail des biens de la vie quotidienne, tels que les denrées alimentaires et autres biens de consommation, est suffisamment disponible dans le cœur du Kenya, plus densément peuplé, dans la région côtière et sur le lac Victoria. Pour les choses plus spéciales, les centres commerciaux des villes de Nairobi, Mombasa, Kisumu et Nakuru sont toujours les meilleurs. Mais aussi sur les marchés hebdomadaires et dans les dukas des petites villes, les commerçants proposent une gamme colorée de marchandises, allant de la céramique et de la vannerie, des fruits des champs et du jardin, de la viande de bœuf et de mouton, des poulets vivants, aux tissus de coton colorés et aux sculptures en stéatite et autres souvenirs. Les prix sont généralement bas par rapport aux normes européennes pour les biens produits localement et très élevés pour les articles importés tels que les appareils photo, les films, les radios, les télévisions, les appareils électriques et les voitures. Si les prix vous semblent excessifs, vous ne devez pas craindre de marchander. Avec un peu d’habileté, vous pouvez négocier à la baisse les prix proposés par le concessionnaire. Le marchandage peut et doit être très amusant. Les commerçants y répondent avec éloquence et entrain, comme dans un sport. N’achetez pas de sculptures en ivoire, de corbeilles à papier faites de pattes d’éléphant, de fourrures et de peaux de chats tachetés et d’autres trophées d’animaux sauvages menacés dans leur espèce !

Conduisez en voiture

Les infractions aux limitations de vitesse et l’abus d’alcool peuvent entraîner de lourdes amendes. Lors de la location d’une voiture, il faut présenter le permis de conduire international et une carte de crédit. Vous devrez peut-être vous identifier à l’aide d’un document autre que le permis de conduire (passeport, carte d’identité). Le locataire d’une voiture de location doit être âgé de 23 à 70 ans et être titulaire d’un permis de conduire depuis au moins deux ans.
Dangers
L’état des routes n’est pas toujours optimal. De nombreux nids de poule doivent être évités. Souvent, plusieurs nids de poule se suivent à la suite ou sont d’une profondeur inattendue. Ici, la circulation en slalom est souvent préférée à la circulation officielle à gauche. Des animaux traversent soudainement la route. Changements fondamentaux des conditions routières dus aux orages (pluie). Un autre risque d’accident est le mauvais état des véhicules. Les défauts des freins, des clignotants et des feux de stop, les crevaisons, les ruptures d’essieux et de châssis dues à une surcharge ou à la rouille peuvent avoir des conséquences dévastatrices. Les véhicules qui ont été laissés couchés et insuffisamment sécurisés constituent également un danger. Si vous voulez absolument conduire vous-même, vous devez absolument vous renseigner à l’avance sur l’état des routes et la situation en matière de sécurité auprès de votre club automobile local et de votre ambassade à Nairobi.
Conduite à l’égard des fonctionnaires de police
Si vous vous comportez d’une manière contraire au code de la route, vous devez vous excuser auprès de la police. Si vous êtes tenu de payer, il est conseillé de ne pas être réticent ou d’avoir raison.
Promenades de nuit
Évitez-les si possible. Les voitures, charrettes, motos et vélos mal ou pas du tout éclairés, les personnes, les animaux sur la route et les tronçons de route mal éclairés sont difficiles à repérer dans l’obscurité. Une prudence particulière s’impose.
Conditions routières
Renseignez-vous à l’avance sur l’état de la route, en particulier pendant et après la saison des pluies, auprès de la population locale ou de l’ »Automobil Association of Kenya » sur Internet à l’adresse www.aakenya.co.ke (« Major Road Condition »), aak@aakenya.co.ke ou par téléphone au 020-6979000, 0709933000, 0733620966. Numéro d’urgence : 020-6979999, 0709933999, Mobile : 0720227267, 0720261576, 0734611049.
Refuel
L’approvisionnement en essence de qualité supérieure, en essence ordinaire et en diesel (« gasoil ») peut être qualifié de bon au Kenya. Il n’y a pratiquement pas de goulets d’étranglement. Le Kenya est le seul pays d’Afrique de l’Est qui possède sa propre raffinerie de pétrole. Le réseau de stations-service est étroitement imbriqué dans les zones les plus densément peuplées du Kenya. Même les lodges dans les parcs nationaux ont en partie leurs propres stations d’essence. Ce n’est que dans le nord, très peu peuplé, que les stations d’essence sont souvent distantes de 500 km ou plus. Il est absolument nécessaire d’emporter sa propre réserve d’essence ou de diesel dans des bidons de réserve ! Dans les terres désolées du nord du Kenya, vous devriez profiter de chaque occasion pour faire le plein.
Stationnement d’un véhicule
Si possible, vous devez le placer dans les garages, les clôtures ou les cours des hôtels et des lodges. Lors du gardiennage dans les parkings, il convient de laisser un pourboire après le gardiennage.

× Comment puis-je vous aider ?